Les milliers de travailleurs transfrontaliers de notre département doivent voir améliorer leurs conditions de transports.

Tout d’abord j’ai saisi le Président de la SNCF Guillaume PEPY pour lui demander de mettre en place des systèmes d’information en temps réel des usagers sur les retards des trains matin et soir à destination du Luxembourg. En effet les retards sont fréquents et le manque d’information ne permet pas aux transfrontaliers de s’organiser correctement.
je souhaite que la SNCF développe une application spécifique fiable d’information.
Il faut enfin conclure un accord avec le Luxembourg afin de régler la question du financement des parkings : les collectivités locales françaises (Hagondange, Metz, Woippy) ne peuvent en supporter la charge seules. Mais il n’est pas normal que le coût repose sur les épaules des travailleurs transfrontaliers seuls. C’est donc par un accord d’Etat à Etat que cette question peut se régler. Nous attendons ce nouvel accord depuis des décennies d’ailleurs.

Nous devons aussi encourager le développement du télétravail depuis la France plusieurs jours par semaine afin de limiter les durées hebdomadaires de transports. Cela est tout à fait possible notamment par la mise en place d’espaces de coworking. Mais là encore la volonté doit être partagée entre le Luxembourg et la France. Elle doit constituer une priorité pour les années à venir. En plus de la construction ou de l’aménagement des infrastructures routières et ferroviaires nécessaires (je rappelle que j’ai ardemment plaidé lorsque j’étais au gouvernement pour les budgets de la VR 52 et de l’A31)