J’ai rencontré les Sapeurs Pompiers professionnels de Moselle qui sont actuellement mobilisés pour défendre leurs capacités d’intervention et leur métier.

Le conseil départemental de la Moselle est en train peu à peu de porter atteinte à leurs conditions de travail, en particulier dans la Ville de Metz : depuis 15 ans le nombre d’interventions a doublé alors que les effectifs ont stagné.

Il faut aujourd’hui embaucher des pompiers professionnels.

Les volontaires ne peuvent pas assurer toutes les tâches. Et les emplois du temps des professionnels ne peuvent être calés sur les disponibilités des volontaires. C’est le contraire qui doit être privilégié !

Aujourd’hui nos pompiers messins connaissent des conditions de travail très difficiles : leurs revendications sont légitimes et le Conseil départemental doit remédier à ces difficultés, non pas aggraver l’éloignement entre les centres d’intervention et le centre-ville de Metz.

Je m’insurge aussi contre la réponse du SDIS de Moselle face à cette mobilisation légitime : la Caserne de Metz a été rendue indisponible le 25 mai : 4 véhicules de secours et 25 pompiers n’ont pas pu intervenir alors qu’ils étaient disponibles. Et ce pour empêcher que la population ne voie les messages de mécontentement des pompiers.

CGT et CFDT ont déposé un préavis de grève et je les soutiens dans leur démarche.